Bande annonce de Rabbit Horror 3D (Tormented), le dernier Shimizu

Publié le par Rick Jacquet

Pour ceux qui me connaissent ou lisent un minimum mes critiques, vous devez le savoir, j'apprécie pas mal Takashi Shimizu, mais je trouve qu'il s'agît d'un réalisateur surestimé dont les meilleurs oeuvres ne sont pas forcément les plus connues, ou du moins les plus reconnues.

 

Il commence sa carrière en 1998 en signant deux courts métrages: Katasumi d'un côté, et 4444444444 de l'autre. Je n'ai eu l'occasion de voir que le second, qui montrait déjà où le réalisateur voulait en venir par la suite. Toshio, le petit enfant fantôme tout blanc qui miaule, était déjà de la partie. En 2000, il se fait repérer en signant d'affilé les deux premiers Ju-On pour le marché de la vidéo, deux films maîtrisés et réellement flippants, où plusieurs acteurs et actrices débutaient, et d'autres continuaient leur petit bonhomme de chemin. On y croisait Hitomi Miwa (Love Ghost, Shadow of the Wraith, Crazy Lips) et Chiaki Kuriyama (Battle Royale, Kill Bill, Exte), mais également Denden (Cold Fish). Le réalisateur s'éloigna alors un peu de la saga pour réaliser Tomie Rebirth, inédit en France comme toute la saga, bien longue (le dernier opus signé Noboru Iguchi est présenté ce mois ci à l'étrange festival, sortie dvd au Japon plus tard ce mois ci). Un des meilleurs opus de la saga avec le quatrième (donc, le suivant). Et directement ensuite, Shimizu retourne à Ju-on en réalisant les adaptations cinéma. Ainsi arriva Ju-On the grudge 1 et 2 au Japon, des portages avec plus de moyens pour le cinéma Japonais. Aimés de beaucoup, j'ai déjà eu beaucoup de mal, revoir une troisième et quatrième fois la même histoire et les mêmes personnages m'énervait un peu. 

 

2004 fut alors placé à la fois sous le signe de l'espérance et de la déception, quand Shimizu réalisa au Japon Marebito, un film que j'adore au plus haut point, avec Shinya Tsukamoto dans le rôle principal.Une oeuvre forte, intelligente, originale surtout. Mais cette année là, Shimizu parti aux Etats Unis pour y réaliser.... The Grudge, remake de sa saga, et donc pour lui, cinquième opus. Avant de signer en 2006 encore un nouvel opus avec The Grudge 2. Le premier fut applaudit par les amateurs de frissons n'ayant jamais vu l'original, mais pour moi, ça ne passait pas. Le second par contre fut détesté par tous, ce qui n'empêcha par les producteurs de lancer un mauvais The Grudge 3 pour le marché de la vidéo, sans Shimizu (il reste juste producteur). Puis Shimizu retourna au Japon, où il signa un sympathique Reincarnation, toujours un film de fantôme, puis se tourna vers quelques films vidéos et séries télévisées, dont un épisode pour la série The Ancient Dogoo Girls.

 

C'est en 2009 qu'il revint au cinéma avec Shock Labyrinth 3D. Un film de fantôme se déroulant dans une vraie attraction au Japon, et comme son titre l'indique, en 3D s'il vous plait. Un film visuellement somptueux, contenant son lot de bonnes idées, mais se rapprochant finalement bien plus du drame que du film qui fait peur. Et là, enfin, du neuf. Shimizu revient avec un nouveau film, réalisé encore une fois en 3D. Rabitto Horâ 3D, soit Rabbit Horror 3D, renommé apparemment pour l'internationnal en Tormented. Et il faut dire qu'en jetant un oeil à la fiche technique, ça fait envie. Christopher Doyle à la photographie (beaucoup de Wong Kar Wai, mais aussi par exemple the Limits of Control de Jim Jarmush), Yoshihiro Nishimura aux effets spéciaux et Kenji Kawai à la musique. Et si je vous en parle aujourd'hui, ce n'est finalement pas parce qu'il s'agît d'un film de Shimizu avec des fantômes, mais parce que le réalisateur semble enfin tenter quelque chose de différent à nouveau. Jugez par vous même, le film nous parle d'un jeune garçon qui développe une amitié avec sa peluche lapin alors que rien ne va dans sa famille. Bon oui, on pourra gueuler car l'attaque de la peluche lapin, c'était déjà présent dans Shock Labyrinth, mais ça fait envie. Si on ajoute au casting la jeune Hikari Mitsushima, qui si vous lisez un peu ce blog, vous savez très bien ce que je pense d'elle, tout simplement une des meilleures actrices du moment (Love Exposure déjà, ça calme, puis Sawako Decides, Kakera, Villain, la série Moteki).

 

Le film devrait sortir ce mois ci au Japon, et est en compétition au festival de Venise. Et sur ce, je vous fait partager la bande annonce.

 

 

Publié dans Autres

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article