Critique: Ichi the Killer

Publié le par Rick Jacquet

ICHI THE KILLER

Ichi the killer
Titre original : Koroshiya 1
2001 - Japon
Budget: 1.4 million $
Genre: Yakuza / Horreur
Réalisation: Takashi Miike
Musique: Karera Musication
Scénario: Sakichi Satô
Avec Tadanobu Asano, Nao Omori, Shinya Tsukamoto et Paulyn Sun


Le boss Anjo disparait avec 3 millions de Yen. Kakihara, le plus fidèle membre de son gang de Yakuza, commence ses recherches, utilisant des techniques masochistes et peu orthodoxes. Au fil de ses recherches, il comprend que son boss a été tué par un tueur psychopathe nommé Ichi.

Ichi the killer est considéré par beaucoup comme un film culte, ultra violent, et l'un des meilleurs films de Takashi Miike. Et ils n'ont pas tort. Adapté d'un manga, Ichi the killer contient des scènes de violence assez incroyables, d'autres humoristiques qui font mouche. Bref, tout du film culte. Dès la scène d'ouverture, tournée et montée à la manière d'un film de Shinya Tsukamoto, réalisateur du génial Tetsuo et acteur de ce film, le ton est donné. Nous sommes dans un univers très violent, pervers, et sexuel à la fois. Dés le début, on voit une jeune femme se faire cogner, et se faire violer. On apprend en même temps que c'est un chef Yakuza qui fait ça, et qu'un tueur dénommé Ichi doit le tuer. On ne verra rien du carnage, mais ses amis vont ensuite entrer dans la pièce pour nettoyer la pièce: giclées de sang dans tous les coins, même au plafond, boyaux, intestins et autres au sol. Le massacre peut commencer.

Nous faisons dans la scène suivante connaissance de Kakihara, joué par Tadanobu Asano. Il a les joues découpées, et les deux parties tiennent grâce à des piercings. La fumée de cigarette peut donc sortir par ses trous. Kakihara est un personnage bien barré, qui adore la torture, et il le dit lui même: quand on torture quelqu'un, il ne faut pas penser à sa souffrance, mais au plaisir que l'on a à le faire souffrir. Un personnage bien barré qui n'abandonnera pas sa quête pour retrouver son chef, puis pour retrouver Ichi, celui qui a tué le chef du gang. A partir de là, on suit les deux personnages séparément. Kakihara passe son temps à torturer les gens de la pire manière possible pour avoir ce qu'il veut: chaînes en métal avec crochets comme dans Hellraiser, épingles dans les joues, et j'en passe. De son côté, on en apprend plus sur Ichi, en fait un jeune homme, qui, manipulé par Jijii (Shinya Tsulamoto), se met à tuer de manière extrêmement violente. Ichi a en effet sous ses chaussures des lames qui lui permettent aussi bien de trancher les gorges que de découper quelqu'un en deux ou même un visage.

Oui, Ichi the killer est un film qui va vraiment très loin, malgré de temps en temps quelques effets spéciaux médiocres. Mais ce n'est pas seulement un film violent comme certaines personnes diront. Ichi the killer détient tout de même des personnages assez intéressants, malgré leur psychologie assez dérangée. Je pense notamment à Kakihara et sa façon étrange de penser, et sa perception de la douleur et de la souffrance, mais bien sûr aussi à Jijii, Tsukamoto magnifique dans le rôle de cet homme manipulateur, bien loin de son personnage de comique dans Dead Or Alive 2, déjà pour Miike. Il en est de même pour le personnage de Ichi bien sûr, manipulé, ayant des souvenirs douloureux et fictifs le poussant à tuer.

Mais tout ça ne serait rien sans le talent de Takashi Miike, qui réalise une oeuvre folle, parfois drôle. Sa façon unique de tourner les scènes violentes et la folie des hommes, fait une nouvelle fois mouche. Eclairage, cadrage, direction d'acteur, recherche artistique, l'utilisation de la musique, l'ensemble est vraiment recherché, et très agréable à l'œil, à condition, bien sûr, d’en supporter les nombreux excès, mais comme on dit, cela fait intégralement partit de l’univers d’Ichi. Les acteurs sont eux aussi très bons, ils se donnent à fond pour faire ressortir les émotions de leurs personnages. Vous l'aurez comprit, Ichi the killer est une oeuvre assez extrême que nombre de personnes adorent.

 

NOTE: 20/20
En bref: Un film culte, et sans aucun doute un des meilleurs dans la filmographie bien remplie de Takashi Miike, réalisateur fou et azimuté.

Publié dans Critiques

Commenter cet article