Critique: Kunoichi

Publié le par Rick Jacquet

KUNOICHI

Kunoichi

Titre original: 女忍
2011 - Japon
Genre: Action
Réalisation: Seiji Chiba
Musique: -
Scénario: Seiji Chiba
Avec Rina Takeda, Mayu Onomura, Shiho Fujisawa, Kotono, Mitsuki Koga, Masanori Mimoto, Yûichi Satô et Kentarô Shimazu

Plusieurs ninjas capturent des jeunes femmes dans la forêt afin de les livrer à un homme lépreux au fort appétit sexuel. Mais parmi les captives, Kisaragi, une femme ninja, qui ne va pas se laisser faire.

Une pochette qui a la classe, Seiji Chiba, réalisateur de l’honnête Alien VS Ninja à la barre et Rina Takeda, la jeune et prometteuse karaté girl de High Kick Girl et KG dans le premier rôle, aucun doute que ce Kunoichi faisait envie. Et comme souvent dans les sorties récentes de V-Cinéma, c’est la déception qui est là au final. Kunoichi ne tient jamais ses promesses. Après un court générique assez original où les images se baladent un peu à l’écran (j’ai dit assez original, pas génial), on entre dans le vif du sujet. Plusieurs ninjas ont capturé quatre jeunes demoiselles. La raison ? Les livrer en pâture à un homme à un homme lépreux qui ne pense qu’au sexe. Heureusement pour ces jeunes femmes, parmi elles se trouve Rina Takeda, qui va pouvoir nous faire une nouvelle démonstration de ces talents martiaux… ou pas ! Ne durant qu’une heure (avec un générique d’ouverture de bien 3 minutes et un générique de fin avec le ciel en fond de bien… 6 minutes, oui), Kunoichi a toutes les peines du monde à captiver notre attention pendant ce laps de temps. Le décor. Une forêt, et une grotte. Les connaisseurs remarqueront immédiatement que ces décors sont exactement les mêmes que sur Alien VS Ninja. Soit, petit détail qui se remarque, mais pourrait ne pas gêner si le reste était de la partie. Malheureusement, non. Kunoichi souffre de quasi tous les défauts possibles et imaginables et s’enfonce au fur et à mesure en ne nous offrant jamais ce que l’on attendait de lui. Avec une telle pochette, vous attendiez Rina Takeda sur le devant de la scène, avec des ninjas, vous attendiez de l’action, avec un tel réalisateur, vous attendiez un peu de sang, de l’humour, et oui, toujours de l’action. On désenchante vite, lorsque le film débute, enchaînant les dialogues un brin inutiles les uns après les autres. Après quelques coups qui pourraient impressionner (après tout, la jeune Takeda s’y connaît et pas qu’un peu), les jeunes femmes se séparent, poursuivies par les ninjas, le rythme s’accéléré, quelques plans de caméras font illusions, on y croit… Et tout cela va aboutir à… du dialogue et quasi un retour au point de départ, avec nos jeunes femmes se faisant chacun rattraper par un des ninjas…

On attend l’action, Rina Takeda est au casting, et bien mise en avant sur la pochette. Mais après la scène d’ouverture, la jeune fille disparaîtra de l’écran pendant quasiment une demi heure avant de réapparaître pour quelques combats lors de la dernière partie. Qu’à cela ne tienne, le spectateur le plus endurant (pour le coup, moi en l’occurrence) tentera de discerner dans tout ça de quoi retenir son attention et le divertir sur la courte durée du métrage. Et pourtant, que le chemin est long et parsemé de… dialogues jusqu’à ce générique de fin. L’action est absente, Rina Takeda absente de l’écran pendant la moitié du métrage, et à la place, on se farcit des dialogues sans fin entre les autres jeunes femmes et les ninjas. Le sang lui ne coulera pas ou si peu. Lors des quelques coups de sabres que les personnages pourront se donner, on pourra apercevoir la couleur rouge (ce qui est logique lorsque parfois un personnage décide d’attraper un katana avec sa main…), par contre le maquilleur a du quitter le tournage après seulement quelques jours car pour ce qui est des coupures, la peau des acteurs restera intacte du début à la fin du métrage. On pense alors aux autres facteurs de ce genre de séries B : l’humour et le sexe. Le sexe, les plans culottes, ne cherchez pas, ils ne seront pas dans le métrage. Si dans Alien VS Ninja, Seiji Chiba savait jouer assez habilement avec la plastique de son actrice sans rien nous dévoiler, ici il n’essaye même pas. Pour ce qui est de voir Rina Takeda en petite tenue, il faudra se tourner vers la série The Ancient Dogoo Girls. Mais Kunoichi parvient à mettre tout de même un peu d’humour, seulement là encore, lorsqu’il se décide à l’utiliser, il ne fait que plonger encore plus bas.

L’humour, souvent pervers, arrivera par moment absolument sans prévenir et s’avérera plutôt désagréable, et ne nous décrochera même pas un sourire. L’humour arrive comme un cheveu sur la soupe, et toujours lorsqu’il ne faut pas, avec par exemple un de ses grand méchant sodomisé par notre homme lépreux et pervers. Un humour qui n’a carrément pas sa place dans un film comme Kunoichi, qui essayait de se prendre un peu plus au sérieux comparé à Alien VS Ninja. Bon, et donc, l’action. Le film sera très avare (ça sent le budget ridicule et le tournage à la va vite), et ne nous donnera que deux combats. Si l’on peut appeler ça des combats, vu que dans le premier, seule Rina Takeda (refaisant son apparition après une demi heure de silence) donnera des coups. Le second, se déroulant dans la même grotte que le final de Alien VS Ninja, décevra. Non pas qu’il soit mauvais techniquement, aucun doute que les acteurs maîtrisent les arts martiaux et savent ce qu’ils font, mais la caméra, plutôt que de privilégier une scène d’action lisible, préfère coller les acteurs d’un peu trop près. Pire, le montage ne viendra pas arranger tout ça en surdécoupant parfois les scènes, donnant un rendu sympathique pour certains coups (il faut avouer qu’il y a du talent martial derrière) mais complètement raté dans son ensemble. Ne parlons même pas du final ridicule et de son retournement de situation digne d’une série… pire que Z. Rina Takeda a l’air d’y croire, comme toujours dans les films où elle apparaît, mais ce n’est pas encore avec celui ci que la jeune femme pourra décoller, Kunoichi s’avérant au final très indigeste malgré sa courte durée (pour rappel, avec les génériques en moins, le film ne dure que 50 minutes), le meilleur dans tout ça restant la pochette du dvd, mettant en avant son actrice principale pas si présente que ça à l’écran.


+
-

Rina Takeda

Un combat potable

Que ça parle…
Histoire ridicule

Humour à côté de la plaque

 

NOTE: 03/20
En bref: Malgré une actrice au talent certain, mais mise en arrière plan pendant la moitié du métrage, on est consternés devant le résultat.

Publié dans Critiques

Commenter cet article