Critique: MPD Psycho épisode 5

Publié le par Rick Jacquet

MPD PSYCHO EPISODE 5

MPD Psycho épisode 5
Titre original : Tajuu jinkaku tantei saiko - Amamiya Kazuhiko no kiban
2000 - Japon
Genre: Série policière
Réalisation: Takashi Miike
Musique: Tsugotoshi Gotô et Yumi Shirakura
Scénario: Eiji Ootsuka, Gichi Ootsuka et Yumi Sirakura, d'après le manga écrit par Eiji Ootsuka
Avec Naoki Hosaka, Tomoko Nakajima, Ren Osugi, Sadaharu Shiota et Rieko Miura


La vie de l'inspecteur profileur Yosuke Kobayashi bascule le jour où il reçoit un étrange colis sur son lieu de travail. Abasourdi, il découvre dans une glacière le corps démembré et maintenu en vie de sa petite amie. Kobayashi traque le meurtrier et le tue de sang froid. Il prend alors une nouvelle identité et se fait appeler Kazuhiko Amamiya...

La fin approche à grand pas, et cela se ressent énormément dans les deux derniers épisodes. Trop de questions sont encore restées en suspens, et on ne sait finalement toujours pas le fin mot de l’histoire, et l’on a toujours aucune idée de ce qui peut bien nous attendre. Mais si proche de la fin, la vérité se doit de commencer à se révéler, et l’épisode 5 de MPD Psycho va se lancer dans cet exercice, non sans oublier le principal, les éléments fondamentaux de la saga : de la violence, des expérimentations visuelles, des personnages sombres et torturés et tout ce que cela inclut. Notre épisode commence donc sur Amamiya, assit, à l’hôpital, en face de Chizuko, sa femme, mourante, démembrée, et enceinte, réduit à l’état de légume. Amamiya s’interroge sur ces choix, ce qu’il doit faire. La laisser vivre, sans âme, mais portant son enfant, ou mettre fin à son existence. Il se retrouve devant un cruel dilemme, lui, possédant plusieurs personnalités, plusieurs âmes, en face d’une personne n’en ayant plus une seule. Rapidement, le cœur même de l’action de l’épisode va se situer dans l’hôpital, afin de permettre autant de faire avancer l’intrigue principale que les différents sentiments qui peuvent émaner de Amamiya, dont la recherche de vérité sur ses origines. Amamiya, mais également Machi, Sasayama, et même Nishizono Shinji vont se retrouver enfermés dans cet hôpital, pour pouvoir enfin permettre au spectateur d’y voir plus clair, et permettre surtout à cette mini-série de passer le cap de la simple expérimentation sur le thème des personnalités multiples et de l’enfance, pour devenir une œuvre complexe et réfléchie à part entière. Force est de constater que malgré quelques longueurs dans l’épisode par-ci par-là et quelques personnages superflus, l’épisode relève amplement le défi et révèle enfin ses cartes. D’où une certaine rupture de ton comparé aux précédents épisodes, avec une absence totale d’humour. Pas de briefing en salle d’enquête cette fois ci, il reste bien trop de choses à révéler, l’histoire se doit d’aller au plus vite.

Toujours plus complexe, des morceaux entiers de l’intrigue sont enfin dévoilés, et en quelque sorte, ce trop plein d’informations créées des chutes de rythmes par moment. De nombreux nouveaux personnages font leur apparition également, et certains, arrivé à ce stade de l’histoire, n’étaient pas forcément utile. Si Miwa Isono fait plaisir à voir, de part le fait de son importance capitale dans le manga (et donc, en quelque sorte, dans la mini-série également, malgré son arrivée tardive, alors qu’elle était dans le manga dés le premier tome), d’autres ne font que ralentir l’histoire. On regrettera donc que certains personnages importants et intéressants soient parfois laissés de côté, tels Miwa, ou même Toguchi, le caméraman vendant des vidéos de snuff, également important dans le manga, mais connaissant une intrigue différente qui lui valut même plusieurs chapitres. Mais là où l’épisode remporte un sans faute, c’est clairement dans la psychologie de ses personnages principaux, que ce soit Amamiya, plus torturé encore qu’auparavant, ou Sasayama, qui fera encore preuve d’une plus grande humanité dans l’épisode suivant, ou Machi, révélant enfin clairement son jeu et en quelque sorte, son identité. Même Nishizono Shinji, toujours au cœur de l’histoire, se retrouve plus présent à l’écran, et l’on en apprend un peu plus sur lui. Grâce à ces grandes qualités scénaristiques et visuelles, on finira donc par passer outre quelques petits défauts, car finalement, ce que fait ce cinquième épisode, c’est de préparer le spectateur pour l’épisode final, ce qu’il fait admirablement bien vu l’épisode en question.


NOTE: 14/20
En bref: Quelques petits défauts toujours, mais les informations contenues dans cet épisode, ainsi que la psychologie des personnages valent le détour et nous préparent bien pour un épisode final du plus bel effet.

Publié dans Critiques

Commenter cet article