Critique: Nezulla The Rat Monster

Publié le par Rick Jacquet

NEZULLA THE RAT MONSTER

Nezulla the rat monster
Titre original : Nezulla
2002 - Japon
Genre: Monstre géant
Réalisation: Kanta Tagawa
Musique: -
Scénario: Kanta Tagawa
Avec Daisuke Ryu, Yoshiyuki Kubota, Mika Katsumura et Ayumi Tokitou


Un accident se produit au Japon. La population est touchée par un étrange virus mortel. L’incident provient en fait d’un laboratoire d’expérimentation américain situé sur place, où une expérience a mal tourné, transformant un rat inoffensif en bête féroce, mutante et géante. Une équipe de militaires est envoyée sur place.

Et oui, il n’y a pas que NU Image qui nous fournit quelques films purement Z, totalement pourraves, avec des animaux géants mal faits et un sens du rythme et artistique totalement absent. Et oui, le Japon, parfois, nous réserve des films de monstres différents du sous genre Kaiju Eiga, c'est-à-dire les films de Godzilla, Gamera et autres. Seulement si la plupart du temps, les films de ce sous genre purement japonais s’en tire avec les honneurs, on ne peut pas dire la même chose des films de monstre façon NU Image. Et cette fois ci, les Japonais tentent de le faire. Et ils auraient pu s’abstenir. Ainsi, après le fameux Rats réalisé par Tibor Takacs, voilà Nezulla… Et ce n’est pas une partie de plaisir de regarder ce métrage jusqu’au bout. Loin de là, tant rien ne semble fonctionner, tout avoir été fait à la vie vite. Pourtant, ce genre de films, même les plus mauvais, parviennent toujours à avoir leurs grands moments, en général bien fendard, faisant des dits films des nanars, et non des navets. Mais Nezulla est un navet, pas de doute là-dessus. L’introduction en elle-même inaugure déjà le pire. Trois jeunes dans le laboratoire abandonné, visitant les lieux. Une créature que l’on ne verra pas va alors les tuer, tous les trois. Réalisation, cadrage, montage, et surtout interprétation, tout est d’un niveau très bas et pathétique. Après ce prologue, l’histoire se divise en deux parties.

D’une part, nous avons un groupe de militaires, au nombre de cinq, avec une scientifique, qui se rendent dans le laboratoire abandonné, afin d’éliminer le rat et de ramener un échantillon de son sang. Et de l’autre, nous avons un pauvre docteur et son infirmière, dans un hôpital en quarantaine, tenant de sauver les malades, touchés par une mystérieuse maladie, qui serait à l’origine du rat, et dont celui-ci contient l’anti-virus. Quelle histoire ! Mais aucune des deux parties du film ne se révélera vraiment passionnante. La faute à une réalisation classique, faible, et faignante, des acteurs peu concernés qui aiment en faire des tonnes et crier comme pas possible quand le monstre les attaque, et à un scénario prétexte, vide finalement, et ses dialogues chiants à mourir. Ainsi, vous allez tous savoir sur la vie de ses militaires, entre la femme d’un d’eux, mort au Pentagone l’année précédente, qu’ils aiment le saké et qu’être père, c’est merveilleux. Mais de l’autre côté, on apprendra également beaucoup sur les docteurs et infirmières, en train de perdre espoir, et le retrouvant soudainement dans un mot si simple : « courage » …. La musique tentera d’appuyer l’aspect dramatique, et c’est tout l’inverse, la situation, déjà bien risible, tombe dans le ridicule le plus profond. Et le monstre dans tout ça ?

Il sera malheureusement peu présent notre monstre, mais pourra déclencher quelques rires, heureusement, par moment, pour nous sortir de notre ennui profond. Car oui, notre rat mutant n’est autre qu’un homme en costume, et quel costume ! On pense par moment, suivant les plans, à Class of nuke’em high 2, ou parfois, en entendant son cri, on ne peut s’empêcher de penser aux fameux cris des requins de Shark Attack. C’est dire tout ce que le film réveille en nous. Mais bon, avouons le, le fameux monstre pourra nous faire rire par moment, mais la lassitude s’installe malheureusement bien vite, puisque le réalisateur tournera vite en rond dans son intrigue, et filmera les attaques de la bête avec ses pieds. Et encore ! Voir un soit disant acteur se débattre des griffes d’un autre soit disant acteur en costume fera rire deux minutes, mais au fur et à mesure des attaques répétitives et autres effets purement ratés, le film n’a plus rien à offrir, alternant scènes de dialogues répétitives et inutiles et attaques répétitives elles aussi. Bref, du mauvais de bout en bout, que l’on préférera oublier bien vite, alors que le film aurait pu être un divertissement sympathique. Mais c’est raté.


NOTE: 03/20
En bref: Rien de passionnant, ennuyeux et risible. On ne retiendra pas ce nouvel animal tueur.

Publié dans Critiques

Commenter cet article