Critique: Uniform Survigirl 2

Publié le par Rick Jacquet

UNIFORM SURVIGIRL 2

Uniform Survigirl 2
Titre original: Seifuku sabaigâru II
2008 - Japon
Genre: Zombies
Réalisation: Hiroshi Kaneko
Musique: Ei Wada
Scénario: Takeki Akimoto et Hiroshi Kaneko
Avec Mayuko Arisue, Rin Asuka, Mizuho Ata, Mao Kobayashi et Miu Nakamura


Après avoir survécues à leur journée à Survival Land, Sakura, Aoi et Kanna sont transportés à l'hôpital puis mis au secret par le gouvernement. Aoi se sent responsable des nombreuses morts qu'elle a pu causer car leur visite au parc venait d'une de ses idées. Déprimée, elle s’échappe de l’hôpital pour se rendre à Survival Land, où sont déjà un militaire et un scientifique. Mais les zombies végétaux ne sont pas tous morts et rapidement, Aoi se retrouve enfermée dans le complexe avec Yuhei, son petit ami.

Une suite au sympathique Uniform Survigirl n’était pas nécessaire, mais pourtant, la voici. Le premier se terminait sur une note optimiste, bien que Kanna soit contaminée par les plantes. Ce second opus reprend juste après. Les trois survivantes sont conduites à l’hôpital, et y resteront, enfermée par le gouvernement. Kanna est mal en point, son corps se recouvrant totalement de végétation, et on ne parlera même pas de Sakura, terrorisé par tous les végétaux, devenant un peu folle dans sa chambre. Voilà une manière de virer quasi intégralement du casting deux des actrices principales de l’original, et deux des trois survivantes. Oui, le métrage va seulement s’axer sur Aoi dans un premier temps. Moins de budget ? Moins d’ambitions ? Film tourné sans ambitions pour se faire du fric ? Je n’ai pas la réponse, peut être est-ce les trois à la fois. Le manque de budget est fort probable, la plupart des décors étant ceux du précédent film, le nombre de contaminés étant réduits, le rythme plus mou. Mais dans un premier temps, on veut y croire. Aoi s’échappe de l’hôpital et retourne immédiatement sur les lieux de l’action. Quelle idée. Un scientifique est déjà là bas, avec un militaire, au cas où les choses tourneraient mal. Mais en deux secondes chrono en mains, plus de scientifique, et plus de militaire, pas très doué ceci dit. Aoi, qui est rejointe par Yuhei, son petit ami, sont obligés de fuir, mais certains ennemis du premier opus sont toujours là, et ils se voient forcés de se réfugier dans le grand bâtiment du premier film. Originalité quand tu nous tiens... Pourtant le film aura quelques bonnes idées éparpillées un peu partout, mais ça ne fonctionnera jamais totalement. Le film se découpera en deux temps.

En premier lieu, nous aurons donc Aoi et Yuhei, enfermés dans le bâtiment, avec les zombies végétaux à l’extérieur, qui veulent rentrer. Il y a le samouraï du premier film, et les nouveaux : le militaire et le scientifique. Les scènes seront très proches du premier film, la folie et l’inventivité en moins. Les jours passent, la menace est toujours à l’extérieur. Vers la fin, on retrouvera des scènes en tout point similaires au premier film. Aoi va fuir, se réfugier dans divers endroits déjà vus dans le premier film, se retrouver face à ses ennemis dans des situations copiées collées. Tous ces passages ennuient, n’ayant rien de neuf à nous proposer. Mais d’un autre côté, le film ajoutera quelques nouvelles idées intéressantes, mais trop rares et surtout mal gérées par le scénario et la mise en scène. Alors qu’ils sont enfermés dans le bâtiment, Aoi et Yuhei vont, forcément, s’envoyer en l’air. Sauf que Yuhei, contaminé, va le cacher, et quelque chose de forcément pas très humain va se retrouver dans le ventre d’Aoi. Ces passages apportent quelque chose de neuf dans l’intrigue pour éviter la redite totale mais encore une fois, ça ne marchera pas vraiment, la faute à un gros manque de rythme, ou de talent. Pendant la première heure du métrage, tout se déroule sous nos yeux, mais on ne se sent pas concerné, on s’ennuie seulement. Et quand le rythme s’emballe un peu, ce n’est que pour livrer un remake du premier film. Uniform Survigirl 2 déçoit donc bien à tous les niveaux. Quasi remake, nouvelles idées mal exploitées, mauvais rythme en général. Pas grand-chose à se mettre sous la dent. Et en plus, moins d’écolières en jupettes ! Mieux vaut en rester au premier opus.


NOTE: 02/20

En bref: Rien, le vide. Une partie remake molle sans idées, une autre partie aux idées intéressantes mais qui dure 4 plombes.

Publié dans Critiques

Commenter cet article